Randonnée dans la vallée de Névache


Les vallées de la Clarée et Vallée Etroite ont été classées en 1992 afin de reconnaitre la qualité exceptionnelle de cet ensemble tant sur le plan esthétique et pittoresque, que culturel (patrimoine bâti et paysage façonné par les pratiques agricoles, sylvicoles et pastorales) et scientifique (grande diversité géologique)’’


Le lendemain Lundi, mise en jambe au départ du gîte. Direction la Porte de Cristol en passant par le lac Éponyme, au bord duquel nous faisons une agréable pause à 10h, après avoir cheminé au milieu de sapins et de prairies colorées. Avant même de nous installer dans nos « appartements », le gîte La Découverte, sis au centre de Névache, nous a offert un concert musical donné par de jeunes créateurs qui circulent de refuges en refuges et de gites en gites (délicate attention avant de passer à table).



La porte de Cristol ? A partir de 1709 le maréchal de Berwick a dû renforcer les défenses françaises contre un éventuel envahissement par le royaume de Piémont Savoie Sardaigne, en érigeant des fortifications reliées entre elles par un long mur de pierres (2.10 m de haut !! d’où le nom de mur de Berwick). Nous franchissons cette ‘’porte’’ de Cristol qui fait Col et nous dirigeons vers le Col de l’Oule, puis nous descendons casser une croûte au bord du lac du même nom entouré d’alpages riants. De plus, nous avons droit à une démonstration de natation offerte par Dame Blanche Mathilde : quelle nymphe !!!!!

A noter que si nous avons aperçu quelques abris pour bergers, pas de chalets d’alpage habitables? A l’époque, ces alpages, ou estives, du versant Clarée, étaient possessions de la commune de La Salle les Alpes de la vallée de la Guisane (vers le col du Lautaret) laquelle avait tracé une route montant jusqu’au Col de Granon tout proche du lac de l’Oule, donc pas d’utilité pour un chalet habitable.

Enfin de retour dans la vallée et au gîte, une bonne mousse nous désaltère pour avoir monté et descendu 1 000 m de dénivelé, sur 17 km.

Puis nous continuons et trouvons une borne frontière sarde (Lys de France sur une face et Croix de Savoie sur l’autre) entre les 2 Nations du 17e siècle ; après avoir franchi le Cols des Rochilles et celui des Cerces nous allons pique-niquer en contrebas au bord du lac de même nom. L’après-midi, Nelly ‘’ Madame Azimut’’ emmène la moitié du troupeau de chamois par les Cols de Ponsonnière, 2 600 m, et des Béraudes 2 800 m pour admirer le lac du même nom et dégringoler par une pente vertigineuse vers le parking de départ où attend l’autre partie du troupeau revenu sur ses pas. Bonne journée, encore 1 000 m de dénivelé sur 18 km.Mardi nous partons du fond de la vallée par le parking de Laval : direction le refuge des Drayères où nous prenons un bon café. Puis montons pour atteindre le lac de la Clarée qui serait source de la rivière ; néanmoins, les 2 lacs supérieurs tout proches (le lac Rond et le lac du Grand Ban) doivent infiltrer, et, également alimenter la rivière !!!! 

Mercredi, nous décrétons une matinée de pause. Succulent repas au Bistrot de Pays local. L’après-midi nous rejoignons, en voiture, par le Col de l’Echelle, le refuge italien Tre Alpini 1 765 m, de la partie amont, française, de la Vallée Etroite, point de départ du lendemain.

Au Nord c’était le Thabor Jean Claude nous a fait lever aux aurores Mais nous, on n’était pas d’accord On aurait bien r’pris un café encore

Chanson créée sur l’air des Corons, lors de l’ascension du Thabor,

Par Sophie et Marc Olivier, les Poètes disparus ?

Jeudi, donc, départ aux aurores vers 6h30, pour l’assaut du Thabor 3 100 m ; nous longeons la maison des chamois encore endormie, et passons près de l’ancienne mine du Blanchet dominée par un magnifique calvaire. Puis une petite pause sur la passerelle au Prat du Plan, et au milieu d’un parterre coloré nous cheminons vers le Col de Méandes en suivant les croix des calvaires. Ensuite comme nous nous élevons, le sol devient caillouteux et la végétation disparait, nous avons l’occasion de baptiser Annette qui vient de franchir pour la première fois la barre des 3 000 !!!

Le lendemain, petite promenade de santé (800 m de dénivelé sur 12 km quand même) vers le col de Thures. Nous nous arrêtons au bord du lac Chavillon.  Au passage nous sommes épatés par une magnifique cheminée des fées. Retour à Roubion où nous attend la navette qui nous ramène au gîte et dernière soirée en montagne au refuge de Laval, avant la toujours triste séparation du samedi matin.Enfin un dernier raidillon nous amène à Notre Dame des Sept Douleurs, et tout proche nous accédons au sommet. Spectacle magnifique sur 360°. Devant nous, la Vallée Etroite que nous venons de quitter, plus loin la Barre des Ecrins et sur sa droite la Meije, un peu plus à droite les Trois Aiguilles d’Arves et, derrière nous, dominant la Maurienne la Dent Parrachée… Dommage un peu de brume nous cache le Mont Blanc. Un vent frais nous pousse à descendre. C’est avec bonheur que nous retournons au Col des Méandes pour déguster le délicieux pique-nique de Claudine (notre gîteuse) en compagnie de lamas qui portent les sacs de voyageurs itinérants. Ensuite après une petite pause nous descendons dans la vallée Etroite rejoindre les Granges de La Valée Etroite où nos voitures nous attendent. Quelle belle journée !!! 1 400 m de dénivelé sur 18 km !! Chapeau les Ptits Loups !!

Avant que la mémoire ne flanche je vous donne un petit aperçu de notre belle randonnée alpine. 


Grâce aux préparatifs toujours maximaux de Jean Claude, 10 chanceux randonneurs se sont lancés de Névache pour gravir les pentes de la vallée de la Clarée non loin de Briançon. C'était la canicule ailleurs mais le meilleur temps possible pour le groupe.

Les premiers jours ont permis aux moins entraînés comme moi, de s'améliorer peu à peu et l'objectif du 3000 mètres a été atteint le jeudi. Le fameux mont Thabor et ses 3200 m nous a nargué toute la journée mais nous en sommes venus à bout.

Heureusement les 1400 m de dénivelé ne présentaient pas de difficulté majeure mais la journée de marche a été très longue. Tout le monde a paru ravi de ce séjour concocté par Jean Claude et prêt à repartir en montagne.


Alors grand merci pour cette belle parenthèse dans la vie quotidienne. Catherine


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Abonnez-vous dès maintenant à nos actualités pour recevoir  nos informations par email !

Logo de l'association Randonnée et diabète

Nous contacter

Laisser un message

Notre partenaire

  • Blanc Facebook Icône

© 2020 RANDONNEE & DIABETE - Réalisé par Rémi RUBIS - Politique de confidentialité