Echos de notre randonnée du 6 mars 2022 - LE VIEIL ASNIERES ET LA COULEE VERTE DE GENNEVILLIERS


Amis parisiens et Franciliens

Une journée de rando

Ca commence dans le métro

Et ce matin là est arrivé

Un jeune homme bien accompagné

Qui nous a charmées


Ses poèmes il les met en chanson

Brigitte et moi, nous écoutons

Cette voix douce et harmonieuse


La fin nous ne la connaîtrons pas

Elle n’est pas encore écrite

Alors, nous espérons qu’il continuera


Voici la gare d’Asnières, descendons

Et retrouvons les 16 participants

Prêts pour une visite surprenante

A toi Christine maintenant

Marie Odile


A Asnières, un cimetière insolite et peu connu


En général avec randonnée et diabète si on est diabétique on randonne et si on n'est pas diabétique on randonne aussi.


Mais, en ce dimanche 6 mars, si j'avais bien rendez-vous avec le trio « froid/ soleil / convivialité », ce n'est pas notre chemin de rando qui m'a le plus marqué. Non, ce qui m'a le plus marqué, c’est la découverte de ce lieu insolite qu’est le cimetière pour chiens d'Asnières.


Et voilà pourquoi.



D'abord l'idée : un cimetière pour chiens


Ce n'est pas tout à fait exact puisque la société à l'origine de l'achat du terrain est la « Société Française Anonyme pour cimetières pour chiens et autres animaux domestiques ». Et, effectivement on trouve des sépultures de chat, de chevaux, d’oiseau et même d’une poule.


Cette idée a germé dans la tête d'un avocat et d'une journaliste, qui après qu'une loi de 1898 eut obligé l'inhumation des animaux de compagnie à plus de 100 mètres de toute habitation, ont trouvé qu’il faillait arrêter de jeter les animaux morts aux ordures ou dans la Seine et leur offrir un endroit décent pour reposer en paix. Cette idée a depuis fait son chemin. Ainsi en France on compte environ une trentaine de cimetières dits animaliers. Et cela se fait aussi dans d’autres pays.


Un cimetière, vraiment ?

Oui, tout s’y passe comme un cimetière pour humains. D’ailleurs, sa conception est l’œuvre d’un architecte. Le moment venu, on achète une concession (il y en a 850), on enterre son animal en pleine terre ou dans un cercueil. On pose une pierre tombale ou une sculpture dessus. On peut prendre une largeur ou plusieurs, notamment pour ces maîtres qui enterrent leurs chiens tout au long de leur vie. Les concessions s’achètent pour un an ou plus.

Et comme pour les hommes, on peut mettre un faire part de décès sur des sites en ligne !

C’est donc une idée française, même si la SPA est une invention anglaise de 1924.


Et c’est une idée tellement chouette, que le site est classé, compte tenu de son « intérêt à la fois pittoresque, artistique, historique et légendaire ».


Ensuite, l'ambiance qui règne dans ce jardin en bord de Seine.


Au départ le terrain était sur l’île des Remorqueurs, en face d’Asnières, avant d'être attaché à la rive gauche de la Seine. C’est en fait un grand jardin, planté d’arbres et d’arbustes.


C'est un endroit plutôt serein, où l’on a plaisir à déambuler parmi les différentes tombes. Certaine de plus d’un siècle, d’autres plus récentes, fleuries ou avec des bougies. Parfois des photos. Du chien, du chat, du maître, de la maîtresse. Le plus souvent avec des épitaphes touchantes. Pas de signes religieux, mais ça et là des angelots !



Et puis, si on est curieux, on a plaisir à découvrir les différents hommages rendus par les hommes à ces compagnons : chiens policiers victimes du devoir, chien-compagnon de tranchée, un épagneul qui a sauvé plus de 40 personnes perdue dans les Alpes, chiens errants….


Le cimetière est bien entretenu, le gardien qui y travaille est souriant et les personnes croisées désireuses de nous signaler les tombes à ne pas manquer.


Pas de tristesse, de l'émotion souvent, que les chiens soient des vedettes : Rintintin, chien de cinéma américain, recueilli en France par un soldat en 1918 et mort en 1932 et dont le compagnon de Rusty est un descendant ou chien de vedettes (Sacha Guitry) ou de personnes célèbres (des princesses, des ducs !) parfois venues de l’étranger.



Vous voulez en savoir plus : https://decouvrir.asnieres-sur-seine.fr/patrimoine-naturel/le-cimetiere-des-chiens/. Vous voulez voir des photos : http://www.tombes-sepultures.com/crbst_1725.html


Sinon, allez-y. Mais comme au musée, l’entrée est payante et il faut respecter les jours et horaires d’ouverture. L’entrée est payante, mais vous ne regretterez pas vos 3,50 €.


Vous l’aurez compris, plus que la balade qui nous a permis de découvrir la coulée verte de Gennevilliers, c’est ce cimetière animalier qui restera dans mon souvenir.


Alors merci Xavier et Anne-Marie pour ce dimanche dépaysant.

Rendez-vous samedi 26 mars pour de nouvelles découvertes.


Christine V

80 vues0 commentaire